Commission des Praticiens en Médecine Douce du Québec (CPMDQ)


Mission Portail Plan du site Pour nous joindre




   Accueil
   Commission des Praticiens en Médecine Douce du Québec (CPMDQ)

 

Pourquoi ne pas garantir au peuple Québécois la compétence de nos praticiens? 

N'oubliez pas comment les médias peuvent donner de temps en temps une petite tape amicale sur l'épaule des praticiens et thérapeutes de la médecine douce pour les encourager dans leurs professions ou métiers.


    

........ Voilà c'est fait!       Réflexion du Dr Peter Veniez, Ph.D., N.D.

Durant toute l'année les médias n'ont pas cessés de dire que les thérapeutes en médecine douce sont des charlatants et qu'une réglementation est nécessaire pour protéger le public, (tape amicale sur l'épaule).  Pourtant, au moment des élections 2007, les médias sont silencieux sur ce sujet.  

  

Vive l'internet !

Source d'information véridique

La  Commission des Praticiens en Médecine Douce du Québec (CPMDQ) réclame avec insistance, depuis plusieurs années, la mise en place d'un bureau pour la réglementation officielle des médecines douces à des professionnels dûment formés au Québec.

 

 

Voici pourquoi pas garantir au peuple Québécois la

compétence de nos praticiens et pourquoi il y a eu une

explosion des coûts du système de santé ? 

L’industrie pharmaceutique a pris le Québec en otage et au lieu de dénoncer les augmentations faramineuses du prix des médicaments, les gouvernements les encouragent implicitement en payant toujours la note. Et que dire des médecins ! Bon nombre d’entre eux sont des donneurs de pilules pathétiques. À l’occasion, on ressort ces histoires scandaleuses de toubibs qui se font « acheter » par les sociétés pharmaceutiques et puis, les médias passent à un autre sujet. Il est temps de faire le ménage. Le prix des médicaments a quintuplé au cours des dernières années. Au diable les pilules et faisons un virage sur les médecines douces, ça presse !

 
 
 

L’industrie pharmaceutique a pris le Québec en Otage    

 

Les gouvernements les encouragent implicitement en payant toujours la note.

Et le peuple subit la facture

 

 
 

         De milliards de dollars annuellement!

Selon Denis Côté de la Commission des citoyens pour les droits de l’homme (CCDH), une organisation sans but lucratif dont la mission est de faire enquête et de rendre publiques les violations des droits humains commises dans le domaine de la santé mentale, « la réalité est incroyable : les psychiatres ne font aucun test, leur diagnostics sont entièrement subjectifs, ils admettent ne pas connaître les causes et pire, n’avoir jamais guéri personne. Pourtant, l’industrie psycho-pharmacologique mondiale soutire des centaines de milliards de dollars annuellement, principalement à même les fonds publics et elle s’assurequ’aucune alternative à succès ne soit connue de la population. »