OBJECTIF - MISSION - VISION

L’étude, la défense et le développement des intérêts économiques, sociaux et moraux de leurs membres.  S. R. 1964, c. 146, a. 6. 

La  mission première de la  Confédération  est de regrouper  en nombre des membres qui partagent un intérêt commun à promouvoir l’autoguérison du corps par l’application de  méthodes naturelles et holistiques pour un bien-être physique, mental, émotionnel et spirituel. 

Dans leurs pratiques multidisciplinaires, les membres praticiens de la CPMDQ,  englobent leurs patients sur tous les plans de l’être parce qu’il suppose que l’humain, dans la globalité et l’«entièreté» qui le caractérisent, peut s’exprimer sur différents plans : physique, émotionnel, mental, spirituel, énergétique, socioculturel et même planétaire (écologie).

La Confédération a également comme mission de regrouper des fédérations syndicales. des syndicats professionnels, des locaux syndicales. 

Médecine douce: définition, bienfaits et pratiques 

La médecine douce ou la médecine naturelle prend en considération tous les aspects de la personne et cherche à agir, non pas sur le symptôme, mais sur la cause. Médecine avant tout préventive, la médecine douce vise à maintenir et/ou rétablir la santé par des moyens naturels tels que l’exercice, la respiration, la relaxation, l’alimentation saine, les plantes médicinales, l’homéopathie, la thérapie manuelle, thérapie de l’âme etc.

Le praticien de la médecine douce cherche à rétablir les capacités d’autoguérison inhérentes à chacun et sa démarche consiste à s’appuyer sur les points forts afin de contrebalancer les faiblesses. À cet effet, le praticien de la médecine douce établit un bilan de vitalité, qui n’est pas un diagnostic mais qui entend, par divers moyens naturels, mesurer le niveau de vitalité, estimer les surcharges et les carences pour stimuler et renforcer ces capacités.

Le praticien de la médecine douce a une double mission, celle de thérapeute, qui permet à la personne de retrouver la santé et celle d’éducateur de santé, par laquelle il donne des conseils d’hygiène vitale, dans le but que la personne conserve la santé sur le long terme. Un praticien de la médecine douce ne doit pas créer de dépendance avec ses clients mais au contraire les guider sur le chemin de la santé en les rendant acteurs de leur propre santé, de façon autonome.


L'Union Fait la FORCE !

Collège  
de Naturopathie  
d'Ostéopathie  
de Massothérapie 
de Kinésithérapie  
des Entraîneurs Sportifs  
du Québec à Montréal
Les Locaux de la CPMDQ