Bien que depuis 1991 la CPMDQ ait reçu très peu de plainte car la très grande majorité des membres offrent des services de qualité, il est possible qu’un membre ait enfreint une loi ou un règlement déontologique. Vous avez de bonnes raisons de croire qu’un membre a commis une faute déontologique? Vous avez un recours : porter plainte auprès de la CPMDQ.

Avant toute chose, s’il s’agit de votre thérapeute, nous vous suggérons de communiquer avec ce dernier pour lui demander des explications. Si les explications qu’il vous donne sont insatisfaisantes, ou si vous n’arrivez pas à le joindre, vous pouvez porter plainte auprès de la CPMDQ.

Comment déposer votre plainte

Pour déposer votre plainte vous devez écrire une lettre qui doit contenir les informations suivantes :

  • Les motifs et les détails de votre plainte
  • Le nom et l’adresse postale complète du membre (ncivique, rue, ville, code postal) du praticien.
  • La date à laquelle les faits reprochés sont survenus
  • Votre adresse et vos numéros de téléphone (travail, domicile, cellulaire)
  • Votre numéro de télécopieur et votre courriel, si vous en avez un

NOTE : Avant de nous faire parvenir votre plainte vous devez faire valider votre lettre par un commissaire à l’assermentation et joindre une copie des documents utiles que vous avez en votre possession.

Vous devez ensuite faire parvenir votre plainte à la CPMDQ

Par la poste, télécopieur ou par courriel :

Adresse :
CPMDQ
101 boulevard Cardinal-Léger                                                                                                                                           Casier Postal 51071
Pincourt (QC) J7W 9T3

Télécopieur : (514) 221-3740

Décision de la CPMDQ

La décision de la CPMDQ de faire suite à votre plainte ou non vous sera communiquée par écrit dans un délai qui peut varier selon la complexité du dossier et de l’enquête en cours. Si la CPMDQ décide d’ouvrir un dossier suite à votre plainte parce qu’elle la juge fondée, c’est elle qui fera l’enquête et qui accumulera la preuve pour la radiation ou la suspension de son membre. Dans le cas où la CPMDQ décide de ne pas faire suite à votre plainte parce qu’elle la juge non fondée, elle vous expliquera par écrit les motifs de sa décision une fois l’enquête terminée.

NOTE : Une plainte à la CPMDQ ne sert pas à obtenir une compensation financière pour des dommages et intérêts causés par une erreur de votre thérapeute. Pour ce faire, vous devez plutôt vous adresser à votre avocat lequel peut même parfois régler ce genre de dossiers sans que vous ayez à enclencher une poursuite judiciaire.