Ma philosophie  

Mon but est d’aider mon client à comprendre le sens des messages qu’il reçoit dans sa vie. Je me décris comme un thérapeute de l’âme, car pour moi on doit prendre soin de tous nos corps qu’il soit visible ou invisible. Quand je parle de corps visible, je parle du corps physique. Quand je parle des corps invisibles, je parle du corps émotionnel (le corps des émotions, des désirs), du corps mental (nos pensées), le corps spirituel (le corps de nos besoins, le corps qui donne sens à notre existence) que moi j’appelle souvent le corps de lumière.

Pour moi, un thérapeute de l’âme comprend l’importance d’un corps physique même si ce n’est pas lui qui en prend soin seul, mais bien le client lui-même et son médecin. Pour moi, un thérapeute de l’âme comprend l’importance du corps émotionnel et ne peut pas faire comme si ce corps n’existe pas en thérapie même si ce corps est invisible. Comme je dis souvent quand on ressent en nous de la tristesse, un poing au cœur, qu’on se sent étouffé, pris, coincé, etc. Dans une situation, c’est notre corps émotionnel qui nous parle que quelque chose ne tourne pas rond en nous. On a toujours le choix (libre arbitre) d’ignorer le message (mets sages) ou d’en prendre soin. Malheureusement, le libre arbitre n’empêche pas la conséquence qui va avec un mauvais choix pour notre équilibre. Même chose pour notre corps mental (nos pensées, notre sens analytique des choses). On a le choix de faire le ménage ou non de ce que nous pensons et entretenons en nous comme pensée. Nos pensées sont-elles constructives ou destructives ? Pour ce qui est du corps spirituel qui est en nous, on a le choix d’habiter avec lui et d’apprendre à le connaitre ou encore de faire comme s’il n’existait pas. Mais pour moi, de faire comme s’il n’existait pas, ne fait pas qu’il ne soit pas présent en nous.

Comme une automobile dont la jauge à l’huile indique qu’il en manque ne fait pas en sorte qu’il ne manque plus si la jauge n’indique plus qu’il en manque, car on a tiré sur le fil de l’indicateur. Vous me diriez c’est un peu absurde d’agir ainsi, mais pour moi c’est souvent ce que les humains font avec les signes que le corps leur donne. Pour moi, un thérapeute de l’âme se sert des signaux reçus par le client pour le ramener dans la bonne direction, ou à tout le moins, il en profite pour informer (conscientiser) le client des conséquences d’agir comme si les signaux n’existaient pas.

Pour moi, cela n’a rien à voir avec le fait qu’on doit croire ou non à une force supérieure qui habite en nous. Moi, je pense plutôt que ce processus s’apprend avec le temps à qui veut apprendre et grandir dans la paix intérieure avec son plus grand ami sur la terre (son corps). Le thérapeute de l’âme est dans le fond un guide qui accompagne le client à se reconnecter à lui-même, à ses forces intérieures qui sommeillent en lui.

Pour moi, c’est comme mettre de l’eau dans une bouilloire et croire qu’il faut comprendre comment fonctionne l’électricité pour que l’eau bouille. Absurde n’est-ce pas ! Pourtant combien de centaines de fois, j’ai entendu dans une conférence, un atelier de formation, en thérapie un à un, le client me demandé comment faire ceci ou cela et parce qu’il ne sait pas quoi faire ou comment faire pour passer à l’action dans tel domaine ou tel domaine de sa vie. Il ne le fait pas, il ne bouge pas, il ne réagit pas, il demeure passif, il attend. En tant que thérapeute de l’âme, je m’assure que le client comprend que pour commencer à passer à travers de quelque chose de difficile, il doit apprendre à se connecter à cette force Divine qui habite en lui-même, et ce, même s’il ne connait pas encore comment cette force va pouvoir le guider et l’éclairer.

Cette force va opérer. Elle va opérer même si le client ne croit pas qu’il puisse s’en sortir par lui-même. Pour moi, l’eau va bouillir même si celui qui la branche ne croit pas en l’électricité. Il y a une seule condition à respecter, il doit la brancher à la prise de courant. Pour moi, se brancher à l’énergie (électricité), c’est laisser la magie influencer nos vies de façon positive et exponentielle.

 A vous de décider !

© 2022   Confédération des Praticiens en Médecine Douce du Québec (CPMDQ)  | Tous droits réservés Conception CPMDQ.