Syndicat Professionnel des  
OSTÉOPATHES
 du Québec

L’ostéopathie, c’est quoi ?

L’ostéopathie se définit comme une thérapeute manuelle, s’intéressant aux troubles fonctionnels du corps humain. Elle se distingue nettement des autres moyens d’intervention en thérapie manuelle. Elle ne doit absolument pas être confondue avec la physiothérapie ou la chiropraxie.

Note : L’ostéopathe, horloger du corps, utilise ses mains de différentes façons pour établir un diagnostic ostéopathique et dispenser le traitement. Par différents tests de mobilité, tant au niveau articulaire (vertébral ou périphérique) qu’au niveau viscéral où crânien, il évalue l’état des différents systèmes du corps humain. Il emploie, dans ce but, différents types de palpation qui lui permettront d’évaluer la forme, le volume, la consistance ou la tension et la position des structures évaluées.En résumé, l’ostéopathie est à la fois un art, une philosophie et une science.

Un Art, car c’est une thérapeutique manuelle qui repose sur des compétences spécifiques approfondies du corps humain, et nécessite un toucher précis, minutieux, exact, et toujours dosé suivant les patients et la pathologie à traiter.

Une philosophie, parce qu’elle s’intéresse à l’homme dans sa globalité. Ce n’est pas tant le symptôme qui intéresse l’ostéopathe que la cause qui la provoque.

Une Science qui englobe les connaissances anatomiques, physiologiques, biomécaniques, et biologiques relatives au rétablissement et à la préservation de la santé.

La formation de l’ostéopathe comprendra donc l’étude détaillée de l’anatomie, de la biomécanique et de la physiologie, mais aussi l’apprentissage de techniques précises de palpation et, de ce fait, favorisera le développement d’une sensibilité palpatoire de ses mains, ses outils de travail.L’examen ostéopathique dépassera aussi l’examen spécifique des différents systèmes, en évaluant leurs interrelations, tant mécaniques que neurophysiologiques, pour découvrir ultimement la cause, le problème dit primaire.

En effet, ce problème primaire peut engendrer souvent une série de problèmes secondaires et de symptômes à distance. Ceux-ci ne disparaîtront que lorsque la cause aura été traitée efficacement. L’intervention thérapeutique sera spécifique au type et au site du problème concerné.L’ostéopathie ne s’intéresse donc pas simplement à un symptôme ou à une maladie, mais considère le patient comme un tout devant être appréhendée dans son ensemble.Tel que publié en 1963 par l’American Osteopathic Association, certains principes de base se sont développés en ostéopathie depuis ses origines : 

  1. Le corps humain est une unité fonctionnelle où structure et fonction sont en interdépendance mutuelle et réciproque.
  2. Face à une agression, l’organisme tend à réagir et à s’auto guérir par l’utilisation de systèmes complexes en équilibre.
  3. L’intégrité fonctionnelle des systèmes de l’organisme dépend de l’apport sanguin et nerveux.
  4. L’importance du système musculo-squelettique dépasse largement dans l’organisme son rôle de structure de soutien.
  5. Certaines composantes somatiques des états pathologiques ne sont pas seulement l’expression de la maladie mais ont aussi un rôle de contribution au processus de maintien.

Pour cela, l’art ostéopathique vise, via un diagnostic ostéopathique précis et des techniques manuelles adaptées, à traiter les problèmes fonctionnels, à rétablir et préserver l’état de santé, ainsi qu’à prévenir l’apparition de la maladie. Elle ne propose pas de guérir les pathologies dégénératives, génétiques, infectieuses, ou néoplasiques. En revanche, elle peut avoir une action sur les conséquences de ces pathologies (en particulier la douleur) et peut aider l’organisme à combattre plus facilement la maladie. Dès lors, l’ostéopathie ne sera plus une thérapie étiopathique mais une thérapie palliative complémentaire qu’il ne faut pas négliger.

L’ostéopathe donne aussi à son patient des conseils sur l’hygiène de vie, le repos, les exercices, la nutrition, la posture et, en général, sur tout facteur qui pourrait influencer son bien-être physique, psychique ou social.

POURQUOI VA-T-ON  CONSULTER UN OSTÉOPATHE

Généralités : le grand motif de consultation est le mal de dos. Ce mal de dos a souvent diverses origines, que le patient ne soupçonne pas (viscéral, crâniennes, système nerveux central, périphérique…. etc.).

Dans tous les cas, l’ostéopathe traite l’aspect mécanique de ce mal; en retrouvant la mobilité des articulations qui ne sont plus mobiles. En préventif:pour soigner une douleur ou rendre la mobilité perdue, ce qui est déjà le signe que le corps ne s’adapte plus aux restrictions articulaires et tissulaires accumulées par de multiples traumatismes qu’ils soient physiques ou émotionnels.En curatif:il est recommandé de faire un bilan régulièrement (1 à 2 fois par an) et de consulter même en l’absence de douleur après un traumatisme important (chute, accident de la route…) afin de maintenir un bon capital santé.

LIMITES DE L’OSTÉOPATHIE

Malgré un champs d’action très vaste, l’ostéopathie ne prétend pas tout traiter!Elle ne soigne pas les maladies dégénératives (cancer, sclérose en plaques, sida…), les maladies génétiques (mucoviscidose, myopathie…) et les maladies infectieuses (tuberculose, tétanos…), mais elle peut apporter un accompagnement pour essayer de soulager le patient.

 

 

Code de Déontologie des Ostéopathes de la CPMDQ